L’ARTISTE : Sasha Nine est diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de la Réunion. Elle a ensuite étudié à la Bildenden Kunste à Vienne en Autriche,01 - 1loulou-london puis obtenu son Master en Arts Plastiques à St Martins College of Art, à Londres, où elle vit et travaille aujourd’hui.

 

http://www.sashabion.com

 

SON TRAVAIL : il se situe à l’intersection du dessin, de la couture et de la sculpture, de la 2D et de la 3D, de l’anglais et du français. Sasha Nine coud ensemble des fragments qui appartiennent à des catégories différentes, pour faire mentir les limites, et donner chair aux réalités individuelles. L'aiguille de sa machine à coudre mord dans la chair du papier, mais aussi « rassemble ». Elle fusionne papier et tissus, pour coudre la troisième dimension d’une nouvelle peau, d’un tout, qui prend la forme d’un Corps ou d’une Ile. Sasha Nine explore ce qu’elle appelle un « équilibre instable et asymetrique », aussi suggéré par le rapport qu’elle crée entre disproportion et fragilité (du materiau), précison et rugosité.

Ce qui l’intéresse c’est la tension entre l’approche physique d’un concept, et sa traduction en termes matériels ou mathématiques, dans l’idée d’une abstraction figurative, ancrée dans une réalité domestique et architecturale. Elle explore et s’approprie une technique ancestrale, la broderie, alliant ainsi technique traditionnelle à l’attitude contemporaine du “Concept” et du ‘Process’ (processus).

 

LE PROJET :

 - contenu artistique :

Il s’agira d’explorer la broderie de Cilaos, médium traditionnel et traditionnellement plat, symétrique, géométrique, délicat, ordonné, ‘au fil’, et domestique, pour l’envisager en 3 dimensions (réelle ou suggérée), et questionner les valeurs établies du médium.  L’artiste travaillera la notion d’ Installation’ pour une technique qui est souvent  “encadrée”, ou “mise à plat”.

D’autre part, il s’agira d’approcher la notion “d’ erreur” comme “lien” entre brodeuses et adolescents :

- l’erreur pour des artisanes expertes en leur domaine,

- l’erreur pour des adolescents souvent écartelés entre le desir de se conformer et celui d’affirmer sa singularité.

Sera envisagée la répétition de l’erreur, qui peut amener un rythme, et ainsi définir une régularité qui fait perdre son statut à l’erreur. L’artiste sera envisagée comme un « médium », qui coud les erreurs comme autant d’opportunités,  à la fois entre les générations, entre les publics, et entre les erreurs elles mêmes.

 

Période de réalisation : 6 mois en 2 séjours : fin 2012 et mi 2013.

 

 

Plus d'infos : DOSSIER_SASHA__NINE